former au tutorat

Le tuteur accompagne le collaborateur handicapé et le collectif de travail

Dans le contexte de l'entreprise, à l'évidence tout n'a pas été conçu pour recevoir et permettre de travailler à un collègue handicapé. Le tuteur joue le rôle d'interface entre la personne handicapée et les situations de travail. Par son écoute, sa compréhension des situations, sa connaissance de l'entreprise et du handicap il agit pour établir les ponts qui rendront les choses possibles. Disposer des connaissances fondamentales sur les handicaps, savoir aborder les sujets inhérents aux handicaps, transmettre les enjeux de l'entreprise à son collègue handicapé, saisir les difficultés et les aborder sont autant de thèmes d'intervention du tuteur. Il lève les freins, assure une intermédiation avec l'encadrement, contribue à la compensation du handicap, mobilise les dispositifs et anticipe les situations.

Le tuteur comprend le processus de reconstruction et par son accompagnement le favorise.

Cela ne s'improvise pas, tuteurer un collègue handicapé c'est définir les contours de la mission, intervenir de façon adaptée, concevoir et conduire des actions d'inclusion. Cet accompagnement s'organise, ADRH Handicap et Inclusion apportera les compétences utiles à la conduite de la mission. 

Le tuteur agit sur les représentations

Pour cela il connait les grands principes et concepts du handicap et sait distinguer les déficiences, incapacités et les handicaps qui en découlent. Connaitre les grandes catégories de handicap lui permet de comprendre la situation de son collègue et d'apporter en cas de besoin des clarifications sur l'impact du handicap sur les situations de travail ou de vie en collectivité. Ce faisant il est un agent de l'inclusion puisqu'il fait progresser le regard et la compréhension du handicap. Pour conduire cette mission, il doit se sensibiliser fortement aux notions qui gravitent autour du handicap, ne pas ignorer les caractéristiques des grands groupes de handicaps, moteur, sensoriels, psychiques, mentaux ou métaboliques. Pour lutter contre les idées reçues, il doit être attentif à celles ci et pouvoir leur apporter des précisions. Il doit aussi être à leur écoute pour les comprendre. 

Le tuteur comprend et agit sur les impacts du handicap dans les situations

Quelles sont les incapacités et les désavantages, leurs impacts sur la vie sociale ou professionnelle et les compensations à imaginer ainsi que les acteurs à mobiliser ? Les réponses à ces questions seront déterminantes puisqu'elles contribueront à l'inclusion. Le tuteur construira en formation son référentiel, ses matrices d'analyse et ses plans d'action en vue de contribuer à l'inclusion de son collègue handicapé. Ces outils constitueront peu à peu une instrumentation qui permet d'objectiver les situations de handicap et d'agir pour en réduire l'impact. Par l'assimilation progressive des méthodes et outils, le tuteur développera une réelle compétence dans ce domaine.

Le tuteur comprend et intègre les contraintes d'adaptation

Certaines d'entre elles sont individuelles et sont souvent relatives à la compensation de la déficience. Elles sont directement liées à la limitation d'aptitude caractéristique de la personne, son collègue de travail. D'autres sont plutôt situationnelles, liées au processus de production, à la configuration des locaux, à l'organisation du travail. Le tuteur est en capacité de les repérer et de les caractériser à travers ses coopérations avec les acteurs de l'entreprise allant des services de santé au travail au service de gestion des ressources humaines en passant par le management opérationnel et le collectif de travail. 

ADRH Handicap et Inclusion structure la compétence du tuteur 

La formation délivrée aux tuteurs est constituée sur mesure et se détermine à partir des besoins identifiés : la compétence initiale et l'appétence du tuteur et la place du tutorat dans la stratégie d'inclusion. Pour cela un travail préalable est réalisé par ADRH pour établir le périmètre de sa formation. L'expérience montre qu'un programme de 1 à 3 jours est suffisant. Néanmoins, certaines commandes ont conduit à une programmation de 6 jours intégrant formation généraliste, intervention in situ puis séances de coaching en accompagnement de politiques particulièrement volontaristes.