Le Conseiller en Insertion Professionnelle (CIP) sur le dispositif RSA intervient dans le cadre d’une convention avec le Conseil Départemental des Pyrénées Orientales, qui fait d’ADRH prestation un de leur organisme agrée. Ce partenariat prévoit le suivi de 180 bénéficiaires du RSA reconnus TH et relevant d’un accompagnement pré professionnel.

Le conseiller réalise cet accompagnement dans le respect des procédures du Conseil départemental, avec l’appui d’un référent technique. La plus-value réside dans la mutualisation des dispositifs d’ADRH et du département avec un référent unique.

Dans quel objectif le conseiller en insertion professionnelle intervient-il?

 L’objectif principal de l’intervention est la construction d’un projet professionnel réaliste et réalisable, mais concerne aussi la levée de freins comme la mobilité, la mobilisation de dispositifs spécifiques comme les APRE (aide de l’Etat dont le Conseil Départemental assure la gestion), le travail sur des projets création entreprise et l’aide aux démarches administratives en lien avec le handicap.

Comment intervient le conseiller en insertion professionnelle?

L’accompagnement est d’une durée d’un an, à raison d’un entretien par trimestre, afin de coordonner les dispositifs mis en œuvre et d’ajuster le parcours. Le Conseiller spécialisé articule ainsi les dispositifs AGEFIPH, Pole Emploi, Région et Conseil départemental (prestataires et partenaires).

L’accompagnement pré professionnel est un suivi de fond, généralement sur plusieurs années, qui conduit souvent le conseiller à mobiliser les assistantes sociales du Conseil départemental, ainsi que le Service Santé du département. Son champ d’expertise l’amène donc à travailler avec l’ensemble des partenaires de la formation et de l’insertion du département.

Le conseiller intervient comme « cadre » associant une posture sociale, faisant appel à des techniques de conduite d’entretien adaptées à un public fragilisé et éloigné de l’emploi, et une posture institutionnelle par rapport à la mission confiée où l’accompagnement est aussi bien un droit pour le bénéficiaire du RSA qu’un devoir d’insertion. C’est une relation de confiance, de partenariat et de travail qui doit s’établir, formalisée par un contrat qui détermine les modalités des engagements aussi bien du conseiller que de la personne suivie, et pour chacun sous le contrôle du Conseil Départemental qui s’attache à suivre toutes les situations et les préconisations, ainsi que le respect de la législation relative au RSA.